English

 

 

   Français

   

 

 

 

 

 

 

LE MUSÉE NATIONAL - Damas
 

C’est le plus important des musées de Syrie. Il renferme une collection assez disparate mais passionnante : des sceaux cylindriques d’Ugarit du XVIème siècle avant J.C. et le plus ancien alphabet connu. De nombreuses statues y sont également exposées : des statues de Mari datant des IIIème et IIème millénaires avant J.C., des statues en terre cuite et en marbre provenant de Palmyre ainsi que de nombreuses statues de basalte noir du plateau du Hauran. Une tombe hypogée de la Vallée des Tombeaux de Palmyre et un ensemble de fresques de Doura Europos y sont également reconstituées. Parmi les nombreuses autres curiosités, notons une salle entièrement décorée dans le style du Palais Azem au XVIIIème siècle.

 


 

LA VIEILLE VILLE

 

On y trouve les monuments les plus intéressants. Elle est entourée du rempart romain d’origine, lequel a été reconstruit plusieurs fois et est percé de nombreuses portes.

La plus belle porte, et une des plus importante historiquement, étant celle de Bab Charqui.

 

 

 


 

LE MAUSOLÉE DE SALADIN

 

Construit en 1193 et restauré grâce à la contribution de l’empereur Guillaume II d’Allemagne lors de sa visite à Damas en 1898, il est surmonté d’un dôme rouge et se situe dans un petit jardin jouxtant la Mosquée des Omeyyades. Le cénotaphe en noyer, décoré de motifs de la période ayyoubide, renferme la dépouille de Saladin, le tombeau de marbre qui avait également été offert par Guillaume II se trouve à côté.

 

 


 

LA MOSQUÉE DES OMEYYADES

 

C’est un bâtiment impressionnant par ses dimensions et son architecture. Il évoque trois mille ans d’histoire …

Temple dédié au Dieu Hadad au IXème siècle avant J.C., il fut transformé en Temple de Jupiter par les Romains au Ier siècle puis en église de saint Jean-Baptiste au IVième siècle lors de l’essor du christianisme.

Lorsque les musulmans entrèrent dans Damas en 636, ils divisèrent l’église en deux. La partie orientale devint une mosquée et ils permirent aux Chrétiens de poursuivre leur culte dans la partie occidentale.

En 705, le sixième calife Omeyyade, Al Walid, décida d’en faire une des plus belles mosquées du monde et après l’avoir agrandie, il l’orna de riches décorations dont les célèbres et magnifiques mosaïques sur fond d’or.
 

 


 

LE PALAIS AZEM

 

Il fut construit en 1749 par le gouverneur de Damas, Assad Pacha Al Azem. Les jardins et la décoration intérieure de certaines salles confèrent à cet édifice une beauté et un charme discrets.
 

 

 

 

 

 


 

LA CHAPELLE SAINTE ANANIE

 

C’est une ancienne cave de la maison d’Ananie, un des premiers disciples chrétiens qui fut chargé par Dieu d’aller ‘’ dans la rue qu’on appelle Droite et de chercher en la maison de Judas un nommé Saul de Tarse ( saint Paul ) et au même moment, Saul vit en songe un homme nommé Hananie qui entrait et lui imposait les mains afin qu’il recouvre la vue’’.

 

 


 

LE THÉATRE DE BOSRA

 

Construit au IIème siècle, c’est un des rares théâtres à ne pas être adossé à un versant de colline ou à une pente naturelle. Il est connu comme étant un des théâtres romains les mieux conservés du monde.

 

 

 

 

 

 


 

SHAHBA

 

Cette ville doit sa gloire à l’empereur romain Philippe l’Arabe qui la fit construire en 244 pendant les cinq années que durèrent son règne à Rome. La ville continua de prospérer bien après sa mort, ce dont témoignent les magnifiques mosaïques qu’on y découvrit.

 

 

 

 

 


 

QANAWAT

 

Plusieurs fois citée dans la Bible, elle faisait partie des prestigieuses cités de la Décapole romaine qui incluait alors Jerash, Amman et Gadara en Jordanie.

On peut notamment y admirer un temple en basalte noir dédié au Dieu du Soleil Hélios et d’où l’on a une vue admirable sur le mont Hermon.

 

 

 


 

SUWEIDA

 

Baptisée Dionysos par les Romains, elle est aujourd’hui le chef-lieu des Druzes. Les fouilles ont permis d’y découvrir une intéressante collection de mosaïques que l’on peut admirer dans le musée de la ville.

 


 

MAALOULA

 

C’est un petit village accroché au flanc du mont Qalamoun et dont les maisons sont presque toutes peintes en bleu. C’est le seul endroit du monde où l’on parle encore l’araméen, la langue du Christ. Le village est encore totalement imprégné de l’atmosphère religieuse tant le rôle qu’il tint du IVème au XVIIème siècle fut important ainsi qu’en témoignent les couvents de Sainte Thècle et de saint George qui serait aussi la plus vieille église du monde et possède de très belles icônes.

 

 

 


 

CRAC DES CHEVALIERS

 

C’est une imposante forteresse qui se dresse à 650 mètres d’altitude. Cet ancien château kurde tomba entre les mains des Croisés au début du XIIème siècle et fut confié à l’ordre des Hospitaliers qui ne cessa d’en améliorer les fortifications. Il fut repris par Baybars à la fin du XIIIème siècle.

 

 

 

 


 

AMRIT

 

Deux monuments étranges que l’on suppose être des tombes marquent l’emplacement d’Amrit qui fut une colonie phénicienne prospère.

 

 

 

 

 

 


 

TARTOUS

 

La vieille ville a été fondée pour servir de colonie à l’île d’Arwad ( Arados) . Elle fut conquise par Alexandre le Grand puis reconstruite par l’empereur Constantin.

La cathédrale qui date du XIIème siècle renferme un joli petit musée où sont exposés des objets provenant essentiellement de Ras Shamra et d’Amrit.
 

 

 


 

LE CHATEAU DE MARQAB

 

Place forte musulmane à l’origine, il fut fondé en 1062. Les Croisés s’en emparèrent au XIIème siècle et les Hospitaliers en agrandirent et renforcèrent les fortifications. Saladin ne put s’en emparer et ce n’est qu’en 1285 qu’elle tomba entre les mains des Mamelouks égyptiens.

 

 

 

 


 

UGARIT

 

L’âge d’or d’Ugarit se situe entre le XVIème et le XIIème siècle avant J.C.. D’importantes fouilles permirent d’y découvrir des tablettes sur lesquelles étaient gravés les pictogrammes du premier alphabet du monde ( XVIème siècle avant J.C. ).

 

 

 

 


 

LE CHATEAU DE SALADIN

 

Aussi appelé le château de Saône, il fut conquis par les Croisés qui en firent une des plus puissantes places fortes de la principauté d’Antioche … jusqu’à ce que Saladin le reprenne en 1198.

 

 


 


 

QALAAT AL MADIQ

 

C’est une impressionnante ville dont les fortifications, qui furent édifiées sur l’acropole de la ville romaine, datent du XIIIième siècle.

 

 



 


 

 

APHAMEA

 

La ville d’Aphamea fut construite au Vème siècle avant J.C. , pendant la période hellénistique, sur le site de la ville de Pharnaké. Séleucos Ier lui donna le nom de sa femme Apama. Elle devint une des villes les plus importantes de la région. Les monuments que l’on peut y voir aujourd’hui datent de l’époque romaine. Sa colonnade, qui s’étend sur deux kilomètres est unique au monde en raison de sa diversité architecturale.

 

 

 


 

EBLA

 

Cet important site historique fut découvert en 1964 par une mission de l’Université de Rome dirigée par Paolo Matthiae. Onze ans de fouilles permirent de mettre à jour un fabuleux trésor : les archives royales qui comptaient 17 000 tablettes d’argile gravées dans un dialecte sumérien et qui fournirent de précieuses informations sur l’organisation de l’administration locale au IIième millénaire avant J.C..

 

 

 


 

LE MONASTERE DE SAINT SIMÉON

 

Saint Siméon, un moine légendaire dans l’histoire de la Syrie, passa 40 ans de sa vie au sommet d’une colonne. A sa mort, une gigantesque église – la plus grande du monde au Vème siècle - fut bâtie autour d’une cour octogonale où se dressait la colonne sacrée. Elle était composée de quatre basiliques disposées en croix, qui sont encore bien visible ainsi que les arcs de la cour.
 

 

 

 


 

LE MUSÉE DE MAARET AL NUMAN
 

On peut y voir de très belles mosaïques de l’époque romaine et surtout byzantine. Le musée est en réalité l’ancien caravansérail Mourad pacha. Il date de 1653 et est le plus grand caravansérail qui soit encore si bien conservé de Syrie.
 

 

 


 


 

SERGILLA
 

Cette ville est sans nul doute la plus évocatrice et la plus belle des villes mortes du Nord. Construite entre le Vème et le VIème siècle de notre ère, elle se distingue par son admirable architecture byzantine.
 

 

 

 

 

 


 

KIRK-BIZÉ
 

C’est une des nombreuses villes mortes du Massif Calcaire. Elle abrite l’un des plus vieux sanctuaires de la chrétienté et ce que les spécialistes nomment ‘’nomé’’, c’est à dire une église-maison.
 

 

 

 


 

CYRHUS
 

Dans cette ville fondée par Séleucos Ier au début du IIIème siècle était célébré le culte de saint Cosme et de saint Damien. Au Vème siècle, Théodore en fut l’évêque et en 637, elle tomba aux mains des arabes.
 

 

 

 

 

 


 

AIN DARA
 

Le temple de Aïn Dara remonte au Xème siècle avant J.C., à la période néo-hittite. A l’origine, les murs étaient décorés d’un rang d’orthostates où une rangée de lions faisait face à des sphinx ailés.
 

 

 

 

 

 


 

QALB LOZÉ
 

Chef d’œuvre de l’architecture paléochrétienne, son église a sans doute servi de modèle dans la région. Construite au VIème siècle, cette église, dédiée à saint Michel et saint Gabriel, est considérée comme l’une des plus importante de Syrie.
 

 

 


 

BIMARISTAN ARGHOUN
 

Il fut fondé par le gouverneur Mamelouke Arghour Al Kamili en 1354 pour servir d’hôpital et d’asile psychiatrique. Ce bâtiment a été construit sur un palais très ancien.
 

 

 

 

 

 


 

MADRASSA HALAWIEH
 

Construite à l’emplacement de la cathédrale sainte Hélène, cette école coranique reçut le nom de la mère de Constantin. Elle renferme un superbe mihrab en bois sculpté et incrusté d’ivoire.
 

 


 

LA CITADELLE D'ALEP
 

La citadelle d’Alep domine la ville et est entourée d’un profond fossé de 20 mètres de profondeur et de 30 mètres de large. C’est une véritable ville miniature que l’on découvre à l’intérieur avec son palais, sa mosquée, son théâtre,…
 

 

 

 

 


 

LA GRANDE MOSQUÉE

 

Edifiée au temps des Omeyyades en 715 par le calife Al Walid, elle fut agrandie par ses successeurs. En 1169, Nouredin décida de la reconstruire. Ce que l’on voit aujourd’hui date de la période mamelouk à l’exception du minaret de 45 mètres de hauteur qui fut érigé entre 1090 et 1092.


 

 


 

LE MUSÉE D’ALEP
 

Il possède une belle collection de sculptures de Hama, de Tell Brak, de Mari et d’Ebla, ancienne capitale d’un royaume qui exerçait un important pouvoir politique dans le Nord de la Syrie.

Les statues de basalte noir que l’on peut voir à l’entrée proviennent du temple du palais de Tell Halaf.


 

 


 

RASSAFA
 

C’est l’ancienne Sergiopolis qui fut construite comme centre de pèlerinage au Vème siècle avant J.C. et qui est aujourd’hui l’un des plus beaux et des plus impressionnants sites de Syrie.

Les remparts de la ville ancienne sont faits en gypse et forment un quadrilatère.

La ville fut conquise par le calife Omeyyade Hisham qui la restaura et y fit construire sa résidence d’été.

 

 


 

RAQQA
 

Selon la légende, cette ville fut fondée par Alexandre le Grand mais ce serait plutôt par son général Séleucos Nicator.

Située entre les empires perse et chrétien, elle fut une place stratégique importante à l’époque byzantine mais cessa d’exister après l’invasion mongole de 1258. Elle connut toutefois son heure de gloire lorsque le calife abbasside Al Mansour décida d’en faire la seconde capitale de l’empire abbasside en 772. Au IXème siècle, Haroun El Rashid y construisit même des palais d’été.

 

 


 

LA PORTE DE BAGDAD A RAQQA
 

Cette entrée monumentale fut entiérement construite de briques au XIIème siècle et révèle une façade au décor très travaillé. La disposition des briques est étonnante donne beaucoup d’élégance aux niches aveugles.

 


 


 

HALABIYÉ
 

Fondée par la célèbre reine Zénobie en 270 sur une gorge de l’Euphrate, cette ville jumelle avec Zalabiyé, permettait de contrôler la navigation et la route terrestre d’Alep.
 

 

 

 


 

MARI
 

Située sur la rive gauche de l’Euphrate, Mari était alors une ville riche sur la route des marchandises à destination du fleuve Khabour, de la Syrie occidentale et de la Mésopotamie. C’était une des principales villes de la Mésopotamie au IIIème millénaire avant J.C..
 

 

 

 

 


 

QASR EL HAYR EAST
 

Il fut construit à l’époque Omeyyade, en 728, sous le règne du calife Hisham et demeure un bel exemple d’architecture musulmane.



 

 


 



LE TEMPLE DE BEL
 

Bel est la version palmyrénienne du Dieu babylonien Baal qui signifie ‘’maître’’. Le temple, qui fut construit en 32 de notre ère, est le plus ancien monument de Palmyre. A l’intérieur, deux ‘’thalamos’’ ( cour intérieure ) marquent ses origines occidentales.
 

 



 



LA NECROPOLE - Palmyre


C’est la plus vaste et la plus riche du monde gréco-romain. Les tombeaux de Palmyre de répartissent en trois catégories : les tombeaux-tour comme celui d’Elabel qui fut construit en 103, les hypogées comme celui des Trois Frères construit en 156 et les tombeaux temples comme le Temple Funéraire construit entre 143 et 251.

 



LE MUSÉE DE PALMYRE

C’est un charmant petit musée qui possède une belle collection de statues, en parfait état de conservation, découvertes sur le site de Palmyre et des mosaïques qui furent découvertes dans des demeures privées.


 



SEDNAYA

Perché sur un piton rocheux, le couvent de Sednaya est particulièrement impressionnant derrière ses hauts murs. Sa fondation remonterait à Justinien ( 547 ). Sednaya signifie ‘’Notre Dame ‘’ en syriaque et le couvent est dédié à la vierge Marie. Ce fut un centre de pèlerinage très renommé, le plus célèbre de l’Orient Chrétien après Jérusalem. Une des quatre icônes de la Vierge peinte par saint Luc y est exposée.



 


Eskort